mercredi 25 novembre 2009

How To Avoid The 3 Most Common Affiliate Mistakes


There are some hazard signs and dangerous waters you shouldn’t be treading on in the affiliate marketing scene!

Affiliate marketing is one of the most effective and powerful ways of earning some money online. This program gives everybody a chance to make a profit through the Internet. Since these affiliate marketing programs are easy to join, implement and pays a commission on a regular basis, more and more people are now willing in this business.

However, like all businesses, there are lots of pitfalls in the affiliate marketing business. Committing some of the most common mistakes will cost the marketers a large portion of the profit they are making everyday. That is why it is better to avoid them than be regretful in the end.

Mistake number 1: Choosing the wrong affiliate.

Many people want to earn from affiliate marketing as fast as possible. In their rush to be part of one, they tend to choose a bandwagon product. This is the kind of products that the program thinks is “hot”. They choose the product that is in demand without actually considering if the product appeals to them. This is not a very wise move obviously.

Instead of jumping on the bandwagon, try top choose a product in which you are truly interested in. For any endeavor to succeed, you should take some time to plan and figure out your actions.

Pick a product that appeals to you. Then do some research about that product to see if they are in demand. Promoting a product you are more passionate about is easier than promoting one for the sake of the earnings only.

Mistake number 2: Joining too many affiliate programs.

Since affiliate programs are very easy to join, you might be tempted to join multiples of affiliate programs to try and maximize the earnings you will be getting. Besides you may think that there is nothing wrong and nothing to lose by being part of many affiliate programs.

True, that is a great way to have multiple sources of income. However, joining multiple programs and attempting to promote them all at the same time will prevent you from concentrating on each one of them.

What will be the results? The maximum potential of your affiliate program is not realized and the income generated will not exactly be as huge as you were thinking initially it would. The best way to get excellent result is by joining just one program that pays a 40% commission at least. Then give it your best effort by promoting your products enthusiastically. As soon as you see that it is already making a reasonable profit, then maybe you can now join another affiliate program.

The technique is to do it slowly but surely. There is really no need to rush into things, especially with affiliate marketing. With the way things are going, the future is looking real bright and it seems affiliate marketing will be staying for a long time too.

Mistake number 3: Not buying the product or using the service.

As an affiliate, you main purpose is to effectively and convincingly promote a product or service and to find customers. To achieve this purpose, you must be able to relay to the customers that certain product and service. It is therefore difficult for you to do this when you yourself have not tried these things out. Thus, you will fail to promote and recommend them convincingly. You will also fail to create a desire in your customers to avail any of what you are offering.

Try the product or service personally first before you sign up as an affiliate to see if it is really delivering what it promises. If you have done so, then you are one of the credible and living testaments aware of its advantages and disadvantages. Your customers will then feel the sincerity and truthfulness in you and this will trigger them to try them out for themselves.

Many affiliate marketers make these mistakes and are paying dearly for their actions. To not fall into the same situation they have been in, try to do everything to avoid making the same mistakes.

Time is the key. Take the time to analyze your marketing strategy and check if you are in the right track. If done properly, you will be able to maximize your affiliate marketing program and earn higher profits.

Abdou Karim et SOFThinking Websites: http://www.softhinking.com  http://www.softhinking.org
Blogs pertinents de SOFThinking: http://akgsoftthinking.blogspot.com http://softhinking.org/ebooks/blog1.php http://akgsoftthinking.blogspot.com

How To Become A Super Affiliate In Niche Markets

Over the past years, web hosting has grown bigger than it used to be. With more companies getting into this business and finding the many benefits it can give them, the demand for web hosting has never been higher. These seem to be the trend of today.

Many people have put up their very first websites online this year 2005 alone. It is estimated that by 2008, the Internet sales industry will top the dollar bank. And to think, majority of those sites will be offering different affiliate programs for people to choose and participate into. This only means one thing. It is easier now to find the right web host for your application.

The possibility of quality web hosting companies separating themselves from the rest of the industry is anticipated. If this is done, the unprofessional and incompetent ones will suffer. Support will be the number one consideration for people when choosing a web host. It will be obvious that traditional advertising will become less and less effective. Most people would rather opt for the web host based on things that they see and hear and on the recommendations by those who have tried them and have proved to be a successful. This is a great opportunity for web hosting affiliates and resellers alike.

There would hundreds of web hosting and programs to choose from that the difficulty in finding the right one for them is not a problem anymore. How does one become a successful affiliate in the niche markets using web hosting? If you think about it, everyone who needs a website needs a web hosting company to host it for them. As of now, there is really no leading hosting industry so most people choose hosts based from recommendations. Usually, they get it from the ones that have already availed of a web hosting services. With the many hosts offering affiliate programs, there is the tendency to find the one which you think will work best for you. Think of the product you will be promoting. Pattern them to the site and see if they are catering to the same things as you are. When you have been with one host for quite some time and seem not to be making much despite all your effort, leave that one and look for another.

There is no use in trying to stick to one when you would be before off in another one. Things will only have to get better from there because you already have been in worst situations. Try this out. If you are quite happy and satisfied with your web host, try to see if they are offering an affiliate program you can participate on. Instead of you paying them, why not make it the other way around; them paying you. The process can be as easy as putting a small “powered by” or “hosted by” link at the bottom of your page and you are already in an affiliate business. Why choose paying your web hosting when you do not have to? Try to get paid by letting people know you like your web host. Always remember that when choosing a web host, choose the one that is known for its fantastic customer support.

There are also many hosting affiliate programs. Residual affiliate program is also being hosted. This is the program wherein you get paid a percentage every month for a client that you refer. This can allow you to have a steady source of income. With perseverance, you can even be quite successful in this field. There are a lot of niche markets out there just waiting for the right affiliate to penetrate to them and make that dollars dream come true. Knowing which one to get into is being confident enough of your potentials and the good results you will be getting.

Web hosting is just one affiliate market you could try out and make some good and continuous income. Just remember that to be successful on your endeavor also means that time, effort and patience is needed. Nobody has invented the perfect affiliate market yet. But some people do know how to make it big in this kind of market. It is just knowing your kind of market and making the earnings there. Abdou Karim et SOFThinking Websites: http://www.softhinking.com http://www.softhinking.org Blogs pertinents de SOFThinking: http://akgsoftthinking.blogspot.com http://softhinking.org/ebooks/blog1.php http://akgsoftthinking.blogspot.com

mardi 24 novembre 2009

Six réseaux sociaux de grande renommée à votre disposition


Se connecter à un réseau social électronique sur Internet est devenu un fait banal, un fait contemporain de culture sociale et économique. Désormais, cela fait partie de la vie de bien des gens. En fait, il existe une grande variété de sites de ce genre. En pratique, adhérer à l’un d’entre eux vous amène souvent à adhérer à d’autres similaires, pour exister sur le net, se faire connaître, faire connaître ses activités, ses projets, voire ses produits et services. Cet article, écrit pour donner aux débutants une idée de ce phénomène, met l’accent sur six d’entre eux qui sont les plus populaires de nos jours.

1. Un de ces réseaux sociaux est connu sous le nom de Facebook. L’année dernière, il regroupait le plus grand nombre d’utilisateurs en provenance des écoles t ; en outre plus de 34 million de membres à travers le monde.  Bien qu’il se classe au septième rang aux Etats-Unis, il occupait la première place si l’on prend en compte le nombre de photos en ligne. Ce qui rend ce site si particulier, c’est qu’il générait des revenus en provenance de la publicité pour un montant hebdomadaire d’1.5 million de dollars. Vous pouvez rejoindre ce réseau par l’intermédiaire de mon lien …… Vous y découvrirez des ebooks, des conseils et avis d’amis, des loisirs, de multiples choses qu’il serait difficile d’inventorier ici ?

2. Un autre réseau est MySpace qui a été créé en 2003. Une étude révèle que ce site serait le sixième réseau anglophone du monde en termes de popularité et de rang, et le troisième aux Etats-Unis. A l’instar de Facebook, ses membres sont à même d’y mettre en ligne des images, des photos, des vidéos, des blogs, de la musique, etc. Je vous propose un lien qui permet de vous y inscrire.

3. Un troisième est  YouTube qui s’est spécialisé dans la mise en ligne sur Internet, le téléchargement, la consultation visuelle de vidéos clips. Créé en  2005, il permet à ses membres de télécharger librement des vidéos et les sauvegarder, à condition de s’inscrire et de disposer d’un compte. Si vous voulez sauvegarder sur votre ordinateur de tels vidéos ; il existe des logiciels que vous pouvez utiliser à cet effet. Une opportunité intéressante pour les internautes est que, même s’ils ne sont pas inscrits, ils sont à même de regarder les vidéos disponibles.

4. Le quatrième site s’appelle Second Life; il est orienté vers un réseau électronique virtuel qui vous permet de créer un caractère et d’interagir avec les autres membres du site. Vous pourrez ainsi participer à des activités individuelles ou de groupe, créer et commercialiser des services. A ce jour, ce réseau social regroupe plus de huit millions de membres.

5. Si votre objectif est de tisser des relations d’affaires, l’un des sites les plus connus est Linkedin qui dispose de plus de douze millions de membres. Crée en 2003, ce réseau social permet de s’enregistrer et en qualité d’utilisateur, vous pouvez rester en contact avec des gens à la recherché d’opportunités, d’emplois, etc.

6. Je dois aussi souligner l’un des plus vieux réseaux sociaux, Classmates, qui regroupe environ quarante millions de membres. Crée en 1995, c’est un moyen efficace de rester en contact avec les anciens amis d’écoles ou d’universités, de savoir ce qu’ils sont devenus, d’entrer de nouveau en contact avec eux et au besoin de nouer des relations d’affaires.

Voilà quelques uns de ces centaines de réseaux sociaux électroniques qui peuplent l’univers d’Internet. Ce qui les rend si populaires, c’est qu’ils sont gratuits pour les usages courants de communication. Ils vous permettent aussi de diffuser des liens en direction de vos pages web de telle sorte que les gens pourront y accéder et éventuellement lire vos articles, acheter vos produits et services ou vous recommander à des prospects et clients.
Abdou Karim et SOFThinking Websites: http://www.softhinking.org  http://www.softhinking.org
Blogs pertinent de SOFThinking: http://akgsoftthinking.blogspot.com http://softhinking.org/ebooks/blog1.php




Si l’histoire du management vous était racontée en des mots simples….

Depuis Taylor (1865-1915), l’on réfléchit sur la meilleure manière de faire travailler et de mobiliser les gens ; certes, par une vision mécanique et technique, une vision orientée vers la production, vers la productivité... L’intérêt supérieur semble ainsi être celle de l’entreprise. Pour des gains au profit des travailleurs, il faut davantage de productivité, de rendement, des incitations monétaires qui seraient le grand facteur de motivation. Il faut un surveillant qui contrôle, récompense et sanctionne. Le cœur du système, c’est « l’ingénieur », la machine qui produit, l’opérateur au niveau de la chaîne de production et le surveillant vigilant qui exige et fait respecter les normes.


Organiser, c’est mettre au point une division efficiente du travail, une parcellisation fonctionnelle des tâches, tout en incitant les travailleurs par un système de rémunération au rendement. Par la suite, vint Fayol (1841-1920) : il faut planifier, organiser, commander, coordonner et contrôler (POCCC). D’autres diraient, il faut planifier, organiser, intégrer et évaluer. Henri Fayol eut le mérite de décrire le travail qualifié alors d’administratif autour de fonctions suivantes: production, commerciale, financière, comptable, sécurité, administratif. Le cœur du système, c’est « l’administrateur », planificateur, spécialisé dans une fonction de gestion. Vint aussi Weber (1864-1920), qui mit l’emphase sur le règlement et la bureaucratie, la formalisation des organisations, notamment par voie des organigrammes.

Weber complète le dispositif précité et souligne aussi le poids et l’importance de facteurs comme le charisme et le leadership légitimés par la compétence ; il plaide pour un système et un environnement de bureaucratie rationnelle, voire rationalisée, qui applique sans état d’âme des normes et des procédures impersonnelles. Le cœur du système, c’est le bureaucrate rationnel, adepte du formalisme, des procédures et des méthodes. Plus tard, l’enjeu devient humain et social : l’homme, avec son talent et son potentiel, est au cœur du système de performance des organisations.

Le management, c’est aussi l’art d’en tirer le meilleur profit, de valoriser le potentiel, de gérer les relations humaines au sein des organisations économiques et sociales. Apparut alors la doctrine de Elton Mayo (1881-1949) qui démystifia, à la suite d’une enquête au niveau de la Western Electric Company, l’idée reçue selon laquelle la motivation était liée aux incitations, aux capacités physiques des travailleurs, à la spécialisation… En fait, il y avait au sein des organisations une réalité latente, les groupes qui ont leurs propres stratégies et valeurs, qui pouvaient influer sur la performance.

Sur cette lancée, Abraham Maslow (1908-1970), avec la théorie des besoins, plus connue sous le terme « Pyramide des besoins Maslow » enrichira l’analyse : il existe une réalité des besoins : besoins primaires d’ordre psychologiques et de sécurité, besoins sociaux de d’estime de soi, de reconnaissance et d’appartenance. Comment le gestionnaire peut-il prendre en compte de telles réalités psychologiques et humaines pour gérer la motivation et les performances ? La question apparut alors comme importante. Au vingtième siècle, Frederick Herzberg (né en 1923) et Douglas McGregor (1906-1924) apporteront respectivement quelques contributions décisives, le premier, par les concepts de direction par les objectifs et de direction participative par les objectifs, d’enrichissement des tâches, le second, par la théorie X et Y selon laquelle McGregor attire notre attention sur les deux facettes de l’homme au travail. Selon une hypothèse X, l’on pourrait considérer que l’homme a une aversion innée pour la travail et qu’il faut le contraindre pour qu’il libère son potentiel; mais aussi a contrario, selon une hypothèse Y, il est possible de considérer que l’homme est capable de dépassement, le problème étant comment mobiliser et réveiller les gisement de productivité qui sommeillent en lui…

C’est une nouvelle facette des enjeux du management des organisations et des hommes qui s’incruste dans les acquis précités : l’homme est une ressource. En fait, ce concept de ressources commence ainsi à revêtir un caractère systémique de ressource humaine, matérielle, financière et plus tard, informationnelle. Au terme des ces évolutions, se fortifie progressivement un système intégré qui allie production, productivité, l’art des ingénieurs et des managers, la gestion du potentiel, la capacité à transformer les travailleurs en ressources.

En effet, lorsque la réalité économique et sociale s’est complexifiée, que la production de masse fut confrontée à de vastes territoires, que les moyens de transport relièrent plusieurs contrées à d’autres devenues de vastes marchés, il est apparu qu’il n’était plus simple de gérer comme auparavant, pour produire suffisamment face à la demande. Alors, en ces temps, commencèrent à fleurir les premières écoles de management et les premières firmes de consultants.

L’entrepreneur a ainsi besoin de managers, puisqu’il n’est pas toujours possible, même s’il peut exister des exceptions, qu’un même individu cumule aussi bien les talents de l’entrepreneur que du manager. L’alliance d’entrepreneurs, des ingénieurs, des managers, des écoles de management et des firmes de consultance en management fortifia l’Amérique des entreprises qui domina le monde, tandis que d’autres pays restaient au stade de l’organisation taylorienne et de la bureaucratie rationnelle et wébérienne. Et l’on se posa la question comment intégrer tout cela en un tout harmonieux. La réponse fut : « tout est déjà dans l’univers qui est un système : la planète avec la lune, ses étoiles, le soleil, les saisons, chaque élément contribuant à l’équilibre global du système. » C’est l’ère de l’approche systémique. L’organisation est un système avec ses sous-systèmes de gestion stratégique, organisationnelle, opérationnelle pour l’action et les résultats, d’optimisation des ressources.

L’on passe d’une approche séquentielle à une approche intégrée. Aux éléments précités, s’ajoutent la vision, la stratégie, les objectifs stratégiques, organisationnels, opérationnels ou autres, la créativité et l’innovation. Fleurissent les plans stratégiques de développement à moyen et long terme, des plans d’action à court terme, les indicateurs de performance, les tableaux de bord, toutes choses reprises aujourd’hui par certains sous l’appellation de « gestion axée sur les résultats », une idée aussi vieille que l’histoire du management. Alors, l’on découvre que les managers au sein des organisations ont besoin de gens qui ont l’esprit entrepreneurial pour que ne se meurent pas l’excellence, la créativité, la prise de risque, l’innovation, pour que la gestion du changement soit considérée comme naturelle et incontournable…

La vision, le management, le leadership stratégique, l’homme érigée en ressource, l’esprit d’entreprise, l’innovation et la créativité, en somme des facteurs intangibles, ne seraient-ils pas au fond les véritables richesses des nations ? Et si ces ressources intangibles étaient supérieures aux facteurs physiques et tangibles ! Abdou Karim et SOFThinking Management - http://www.softhinking.org 

Gérez la performance éthique

« Avez-vous déjà élaboré et communiqué les valeurs de performance, de transparence ; de transparence, d’intégrité et d’éthique au sein de...